Un soir de pleine lune …

pleine-lune

 Assise sur ma terrasse face aux splendeurs de la montagne j’admire la lune émergente.

Elle est pleine et lumineuse, comme une princesse dans sa robe dorée ou plutôt une demoiselle partant au bal, insouciante et naïve, n’ayant que peut conscience de sa beauté, de sa lumière et de sa joie qui rayonne alentour.

De ces mots, en moi résonnent une expérience, un apprentissage que la vie m’a offert et qui me semble bon de donner en partage.

Cette vie m’a donné l’opportunité d’expérimenter la puissance d’un sourire, la lumière d’un cœur ouvert, le pouvoir magique de l’Amour, de comprendre un peu plus la vraie nature de ce qu’est la vie.

Souvent nous cherchons loin dans les recoins de la compréhension mentale le pourquoi de nos difficultés mais au final c’est dans le cœur ouvert que réside la solution. En essayant de donner à chaque instant le maximum de bienveillance autour de soi, dans de petites attentions ou de simples gestes que les choses changent et se transforment durablement.

Un jour, lorsque j’avais 11 ans j’ai vu cette lune identique à celle d’aujourd’hui, belle et brillante dans sa robe veloutée. Elle était pleine, majestueuse et surplombait la montagne enneigée.

Avec mon petit frère chéri nous sommes allés l’embrasser, la saluer tout en jouant dans l’insouciance de nos âmes d’enfants.

Une boule me serrait le ventre mais je ne m’y suis pas attardé tellement le moment était doux et rempli de complicité. Ensemble bras dessus, bras dessous nous avons contemplé cette force de la nature, nous faisant sa révérence en passant lentement derrière la montagne.

L’image de cette demoiselle nous quittant, faisant place à un ciel noir, reste profondément gravée en moi.

 

En enfants sages nous sommes allés nous coucher. J’avais toujours la boule au ventre ne sachant décrire quelle était cette intuition qui s’agitait en mon antre comme un signal lointain de précaution.
Comme à l’accoutumée mon petit frère dans la nuit est venu se cacher dans mon lit, perturbant mes pensées nocturnes et m’agacer comme il le faisait si bien régulièrement.
Si je m’étais doutée que ce serait la dernière fois qu’il partagerait ma couche je l’aurais embrassé, câliné et surtout je n’aurais pas manqué et de lui dire « Je t’Aime », dans la douceur des profondeurs de mon cœur (celui que l’on retient bien trop souvent).
Mais il en fut autrement et le lendemain il nous quitta soudainement.
Durant de longues années je l’ai pleuré, je l’ai cherché, je l’ai questionné. Mon visage était devenu tristesse et mon cœur rempli par la grisaille de la douleur.

Cherchant, tournant, virevoltant, j’ai finalement croisé les couleurs bienfaitrices de la toile et de ces peintures qui m’ont appris à redonner de la joie dans la vie à laisser sortir les émotions douloureuses.

J’ai compris la puissance de ce sourire qui aide à alléger le cœur et qui partage tant de chose sans un mot.

J’ai rencontré la spiritualité et la méditation qui m’ont permis la paix et l’acceptation tout comme le pardon. Qui m’ont guidé dans de merveilleuses rencontres avec moi-même plutôt que de répéter sans cesse ce «pourquoi» et ces accusations.
La vie m’a mise à l’épreuve et successivement m’a présenté d’autres séparations avec la maladie puis la disparition de mon père, de ma mère, de mon petit ami et d’autres êtres chers;

Et j’ai ENFIN compris !

Comme cette lune qui monte, rayonnante et insouciante quoi qu’il arrive je devais vénérer la vie et sa douceur. Honorer, célébrer cette vie présente en tout temps et en toutes circonstances qui est si abondante dans chaque recoin de matière, dans chaque atome de l’univers, plutôt que de pleurer durant de longues années ceux qui ont passé leur chemin vers le lointain.

Cette vie si douce si on la laisse couler.

Tellement joyeuse si on accepte de la faire rayonner, nous traversant de toutes parts sans retenue ni jugements. Et si généreuse si on l’embrasse et décidons d’Aimer chaque instant, chose et moment.

Cette vie qui ne demande qu’à briller et qui nous invite, chacun à ne pas avoir peur de nos richesses, de notre force et de laisser libre cour à nos potentiels, à nos idées à notre créativité.

Avec ces quelques mots c’est ceci que je voudrais vous partager :

Aimer sans concessions !

Chantez, dansez, aimez-vous !

VOUS qui êtes si précieux et lumineux sans même que vous le sachiez. Commencer par vous aimer « Vous » car tout commence ici. C’est là le commencement de tous les changements même les plus ambitieux.

Remercier chaque instant de cette vie si riche et si précieuse et laisser couler car finalement « tout est toujours OK ».

Frédérique

Merci à TipTop secrétariat pour la correction

https://www.7sky.life/fr/ein-vollmond/

 

Un soir de pleine lune…

4 avis sur « Un soir de pleine lune… »

  • 24 août 2016 à 13 h 23 min
    Permalien

    Bravo pour ces belles lignes et ce moment où un être nous quitte qui devrait être triste.
    Il est toujours près de toi, dans ton coeur et tes pensées.
    J’ai aimé vraiment ce que tu as écrit et cela m’a beaucoup touché.
    Continues, la vie et la mort sont une évidence et on ne devrait pas la redouter.

  • 24 août 2016 à 17 h 49 min
    Permalien

    Merci de me ramener à l’essentiel avec tant de douceur.
    Oh toi, tu vas faire partie de mon cahier de gratitude demain matin !
    Merci, vraiment merci.
    Julia.

  • 26 octobre 2016 à 3 h 40 min
    Permalien

    I much prefer inaomrftive articles like this to that high brow literature.

  • 2 novembre 2016 à 16 h 57 min
    Permalien

    Des mots magnifiques qui réchauffent notre coeur blessé par ces souvenirs si tristes …
    Merci Tic Tic …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
Instagram